Sûreté nucléaire

Rencontres inter CLI du Sud-Est en Isère

Le Département de l’Isère a accueilli 54 membres des Commissions Locales d’Information (CLI) du Sud-Est de la France dans le cadre de rencontres sur le nucléaire.
Au programme, échanges de bonnes pratiques pour assurer la sûreté nucléaire, organisation des CLI,  point sur l’expertise thermique du Rhône et visite du site de Superphénix.

 

De l’importance de la médiation nucléaire

Ces rencontres, les 3e du genre, prouvent que la question des risques naturels et technologiques doit continuellement être discutée afin d’y apporter les solutions nécessaires et d’informer les habitants des comportements à respecter en cas de danger.

La question est d’autant plus importante en Isère, que le département compte 5 sites nucléaires suivis par 4 CLI.

Lors de ces Rencontres, 10 CLI, situées entre l’Ain et les Bouches-du-Rhône, ont échangé et posé la question du développement de l’information à l’heure où la France, à défaut d’avoir suffisamment pris le pas de la transition énergétique, ne connait d’indépendance énergétique que grâce au nucléaire. Cette question est essentielle puisque c’est d’elle que dépend la sûreté nucléaire.


Transparence et dialogue : le rôle des CLI pour la sûreté nucléaire

Les CLI incarnent une instance fiable, collectant et proposant des données objectives sur cette question, hors de tout champ polémique.
Cette objectivité est garantie par la diversité des acteurs que les CLI réunissent : élus locaux, exploitants, associations environnementales, services de l’Etat et Autorité de Sûreté Nucléaire.

Depuis la loi du 13 juin 2006 sur la transparence et la sécurité en matière nucléaire, les Départements ont la charge d’organiser des Commissions Locales d’Information.
Ce sont aussi eux qui ont pris l’initiative de les créer il y a près de 40 ans.

Allant dans ce sens, le Département de l’Isère avait également créé il y a 31 ans l’Institut des Risques Majeurs (IRMA), suite à la catastrophe de Tchernobyl.


Aujourd’hui ce sont les Départements qui sont chargés d’organiser le dialogue assuré par les CLI, un fonctionnement salué par les voisins européens de la France.

 

« La question du nucléaire est essentielle en France et nécessite des espaces de dialogue fiables et efficaces pour tous. Les CLI représentent une excellente réponse à ce besoin et il est bon qu’elles soient sous la responsabilité des Départements : en tant que garant des solidarités territoriales, nous sommes en mesure d’assurer ce rôle en lien avec tous les acteurs concernés » explique Jean-Pierre Barbier, président du Département.