IsèreADOM est un bouquet de services pour les personnes en perte d’autonomie du fait de l'âge ou de pathologies chroniques invalidantes, vivant à domicile.

Naviguez sur le site web d'IsèreADOM pour accéder à toutes les informations sur le bien-vivre à domicile, notamment l'annuaire des services de proximité et l'agenda des activités santé bien-être.

IsèreADOM, deux volets d'offres de services pour le soutien à domicile

Logo IsèreADOM

 

Face au vieillissement de la population et à l’augmentation des pathologies chroniques, IsèreADOM propose aux Isérois un dispositif pour prévenir et accompagner la perte d’autonomie. Il répond aux besoins d'information sur le soutien à domicile par le biais d'un Numéro vert et d'un site web, et développe des processus d’articulation des aides humaines et numériques pour éviter les ruptures de prises en charge à domicile.

 

Deux volets d’offres de services sont opérationnels depuis fin 2017 :

 

-  Un Numéro vert 0800 38 00 38 ouvert du lundi au samedi informe et oriente les Isérois vers les services à domicile (aide à la vie quotidienne, aménagement du logement, répit de l'aidant, ...) et les activités de santé bien-être (ateliers mémoire, conférences nutrition, ...) organisées sur le Département.

 

- Un site web, isereadom.fr, permet d’accéder également à ces informations réunies dans l'annuaire et l'agenda santé bien-être d'IsèreADOM 

 

- Un accompagnement individuel avec un suivi "sentinelle" : la désignation d'un "référent de suivi", lorsqu'il y a un plan d'aide, permet de suivre des facteurs de glissement et d'adapter les plans d'aides ou de soins au bon moment. Ce référent va au domicile du bénéficiaire, le suit régulièrement. C'est généralement un responsable de secteur de SAAD (Service d'Aide et d'Accompagnement à Domicile), ou un infirmier libéral dans le cas de personnes souffrant de pathologies chroniques. L'utilisation d'un cahier de liaison numérique partagé avec les différents intervenants et les proches, permet de structurer ce suivi. IsèreADOM a testé cet accompagnement pendant deux ans sur différents panels de personnes fragiles, en perte d'autonomie, ou avec une pathologie chronique invalidante.

De novembre 2017 à novembre 2019 : deux ans d'expérimentation

Découvrez la vidéo

 

 

Entre 2015 et 2017, 18 mois ont été nécessaires pour mettre au point :

- les modes opératoires des services IsèreADOM (une centaine de modes opératoires ont été rédigés) ;

- le système d'information contenant 4 espaces : l'espace public (le site web tout public), l'espace professionnel (pour un référencement des offres de services ou prévention dans l'annuaire IsèreADOM), l'espace bénéficiaire (le cahier de liaison numérique) et l'espace d'administration ;

- les outils d'accompagnement au changement (formation, communication, animation des groupes de territoires, conférences, ...) ;

- le cadre évaluatif du démonstrateur.

 

C’est le 15 novembre 2017 que le bouquet de services a été lancé !

Les résultats de l’expérimentation d’un point de vue quantitatif :
- Le site internet a été consulté par près de 15 000 visiteurs, avec plus de 200 000 pages visitées,
- Plus de 1200 offres de prestataires sont en ligne dans l’annuaire des services de proximité,
- Plus de 2000 appels ont été réalisés auprès du n° vert,
- 200 usagers ont été suivis et une centaine de professionnels mobilisés (services d’aide à domicile, infirmiers libéraux…),
- 5 000 notes, automatisées ou manuelles, ont été déposées dans les cahiers de liaison numérique des bénéficiaires

 

Les perspectives de déploiement d’IsèreADOM

En Isère :

Le suivi sentinelle est particulièrement pertinent dans le cadre d’un plan d’aide APA (Allocation Personnalisée d’Autonomie) lorsque plusieurs professionnels interviennent au domicile. C’est pourquoi, à compter de 2020, il est mis en place, pour les bénéficiaires qui le souhaitent, dès l’ouverture d’un plan d’aide APA.
La fonction de « référent de suivi » est assurée par les responsables de secteur des Services d’Aide et d’Accompagnement à Domicile.

 

En dehors de l’Isère :

IsèreADOM est pensé pour une ouverture et mutualisation de ses fonctions à d’autres départements pour :
• Optimiser et renforcer les outils, notamment numériques, permettant de faire connaître les offres de services sur les territoires ;
• Diffuser la pratique du « référent de suivi » dans le cadre de plans d’aides ou de soins, mais également en amont, dans une logique de prévention.

Il faut voir IsèreADOM comme une base d’avenir au service des politiques de prévention et d’accompagnement de la perte d’autonomie, de la professionnalisation des acteurs territoriaux et du développement du marché de la Silver Economie.

 

 

Logos des partenaires du Département pour la phase d'expérimentation

 

Le mot du Président

 

 

Jean-Pierre Barbier, président du Département de l'Isère

"IsèreADOM, c’est le souhait de donner à chacun la possibilité de vieillir chez lui le plus longtemps possible et en toute sécurité, avec à portée de main tous les services et de toutes les informations nécessaires à sa qualité de vie : soins, assistance, soutiens financiers, aménagement du domicile…
IsèreADOM, c’est rompre l’isolement des personnes âgées, malades ou en perte d’autonomie mais aussi un levier supplémentaire pour tous les professionnels du social et de la santé qui permettra de gagner en qualité d’accompagnement
."

Jean-Pierre Barbier, président du Département de l’Isère.

 

 

 

Ce qu’ils en disent

 

Laura Bonnefoy, 12e vice-présidente en charge de la Dépendance et des handicaps

"Une solution technique et humaine"
3 questions à Laura Bonnefoy, vice-présidente chargée de la dépendance et du handicap

Pourquoi IsèreADOM ?
Laura Bonnefoy : Dans les 30 prochaines années, le nombre de plus de 85 ans en France devrait tripler et celui de personnes touchées par les maladies neuro-dégénératives pourrait doubler. Par ailleurs, plus de 90 % des personnes âgées souhaitent vieillir à domicile. C’est pourquoi le Département souhaite anticiper avec un dispositif permettant de maintenir les personnes en perte d’autonomie dans un environnement sécurisé. Par ailleurs, notre système de soins, qui repose en grande partie sur l’hospitalisation, atteint ses limites. Et il faut trouver de nouvelles alternatives.

 

Quels sont les avantages de ce dispositif ?

 

L.B. : IsèreADOM vise à mettre en réseau tous les professionnels qui interviennent auprès de la personne âgée ou en perte d’autonomie. L’idée est de favoriser une prise en charge globale, une meilleure lisibilité sur la nature des interventions, mais aussi de faire remonter les informations et signaux d’alarme dès que besoin. Autre originalité, il propose un « bouquet de services », adaptable au cas par cas, comme le suivi à distance des patients atteints de maladie chronique, l’installation d’équipements domotiques pour éviter les chutes ou encore d’objets connectés qui donneront l’alerte si besoin.

Ces technologies ravivent la crainte de la déshumanisation des soins. Qu’en est-il ?
L. B. : Les professionnels de santé et de l’aide à domicile doivent comprendre que ce dispositif constitue un apport complémentaire à leur suivi. La relation humaine reste au cœur du projet. Les intervenants bénéficieront par exemple de cahiers de liaison numériques, qui intègreront en temps réel les données des objets connectés installés chez les personnes ainsi que les informations saisies par les intervenants à domicile. Ces données permettront au référent de la coordination d’alerter le professionnel concerné : l’infirmière en cas d’oubli des médicaments, le médecin en cas de perte rapide de poids… Les parents, les aidants, les professionnels et les équipes de soin resteront les premiers garants des personnes assistées.

 

 

« Un véritable challenge »
Sylvie Salavert, directrice de l’action sociale de la CARSAT Rhône-Alpes
La CARSAT est l’un des premiers partenaires à s’être impliqué dans IsèreADOM
aux côtés du Département. Nous avons investi 600.000 euros dans ce projet qui est totalement cohérent avec notre politique de d’accompagnement des personnes fragilisées. Notre préoccupation est que le dispositif soit accessible à tous et partout, en milieu rural comme en milieu urbain. D’où l’intérêt de la phase d’expérimentation avec des personnes de profils différents, qui permettra de mettre en place le modèle économique et social le mieux adapté aux besoins.

 

 

« Mieux coordonner nos actions »
Aymeric Bogey, délégué départemental de l’Agence régionale de santé (ARS)
En 2014, l’ARS a été sélectionnée pour l’appel à projets national « Territoires de soins numérique » avec son projet PASCALINE (Parcours de santé coordonné et accès à l’innovation numérique). Il consiste expérimenter un panel de service destiné à améliorer la prise en charge des usagers et à mieux coordonner les professionnels de la santé. Ce dispositif s’inscrit dans notre politique de maintien à domicile des personnes âgées.

 

 

« Le but: la qualité de vie»
Véronique Chirié, directrice du Tasda
Quelques expérimentations sont menées en France, mais elles n’associent pas les différents champs de la prévention, du médico- social et des pathologies chroniques : c’est l’originalité du projet IsèreADOM.  Aujourd’hui, les solutions techniques existent, il faut maintenant les intégrer et les mutualiser : le service de régulation médicale avec ses médecins qui vont appeler parce qu’ils ont vu que la personne avait oublié son médicament ; le service de téléassistance qui, alerté par les capteurs de chute ou des détecteurs d’activité, va contacter l’auxiliaire de vie intervenant le lendemain à domicile, les voisins ou les pompiers ; le service chargé de faire de la prévention avec des jeux sérieux... La technologie n’a de sens que si elle trouve sa complémentarité avec toutes les autres formes d’aides, le but étant la qualité de vie.. Les pilotes vont nous permettre de nous mettre en marche, de voir les difficultés et d’imaginer demain. »

 

 

 

Espace documentaire

 

Découvrez les présentations et les fiches techniques élaborées pour les groupes de travail.

Des groupes de travail ont été mis en place dans le cadre des Conférences Territoriales de Solidarités (CTS) du Département, dans les territoires de l'agglomération Grenobloise, Porte des Alpes, Bièvre-Valloire et Vercors, afin de prendre en compte les spécificités des 4 territoires de démonstration dans le projet IsèreADOM. Ces groupes de travail ont rassemblé les acteurs de terrain des secteurs sanitaire, médico-social, social et économique.

 

Présentations

Mai 2018 : la brochure IsèreADOM "De nouveaux services pour les personnes en perte d'autonomie" a été diffusée en boîte aux lettres à plus de 330.000 exemplaires dans les 4 territoires d'expérimentation.

ISÈREADOM au service des usagers pour le maintien à domicile (pdf. 29 pages).

ISÈREADOM : CONSTRUCTION, EXPÉRIMENTATION, ÉVALUATION (pdf.2pages)

Artisans, développez votre activité en vous inscrivant dans l'annuaire IsèreADOM (pdf. 3 pages)

Les fiches techniques du projet

Deux publications nationales valorisent IsèreADOM

 

Espace media

 

Dans la Gazette Santé social de mars 2018

Le reportage : IsèreADOM teste le bien vieillir à domicile

 

Sur France Bleu Isère le 17 avril 2018 :

L'article : L'Isère teste les objets connectés pour permettre aux seniors de vieillir mieux et chez eux

Le podcast : des outils numériques pour faciliter le maintien à domicile (fichier audio ; 3.06 minutes)

 

Sur Territoria le 27 novembre 2018 :

 

Un Territoria d’or pour le projet IsereAdom

L’Observatoire Territoria, placé sous la présidence d’honneur du Président du Sénat, récompense les pratiques innovantes des collectivités. Le jury, réuni sous la présidence de Madame Jacqueline Gourault, ministre de la Cohésion des territoires et des Collectivités, a décerné un Territoria d’or pour le projet IsereAdom dans la catégorie Services aux personnes.

 

Sur Silver eco en avril 2019

Silver Eco récompense les meilleures initiatives et solutions pour bien vieillir. En 2019, le Département de l'Isère a reçu le Trophée Silver Eco pour IsèreADOM dans la catégorie Prestations de service/Service aux personnes.

 

De gauche à droite, Sébastien Podevyn, Directeur général de France Silver Éco, Luc Broussy, Président de France Silver Éco, Laura Bonnefoy, Vice-présidente du Département de l’Isère, France Lamotte, Directrice de l’autonomie et Emmanuelle Chifflot, Cheffe de projet IsereAdom.